Guy Carlier et la chirurgie bariatrique
Guy Carlier et la chirurgie bariatrique
27 octobre 2021
Julien et sa chirurgie d’obésité
Julien (N’oubliez pas les paroles), transformé après sa chirurgie d’obésité
12 novembre 2021
Montrer tous

La chirurgie bariatrique et la sécrétion d’insuline

La chirurgie bariatrique et la sécrétion d’insuline

La chirurgie bariatrique et la sécrétion d’insuline : Certaines techniques de la chirurgie bariatrique ont le pouvoir de stabiliser dans une courte période la glycémie de patients sévèrement diabétiques indépendamment de la perte pondérale. Ce grand effet de cette dernière est justifié par une reprise de la sécrétion d’insuline déficitaire avant l’opération chez ces patients. Les mécanismes sous-jacents sont mal connus.

La chirurgie bariatrique et le diabète de type 2

Le diabète de type 2 est un type de maladie avec une forte existence et dont la prise en charge est peu difficile. Le développement de cette maladie est parallèle à celui de l’obésité, comporte essentiellement une réduction de la sécrétion d’insuline endogène qui reste difficile à améliorer. Ainsi, malgré un panel assez large de thérapeutiques hypoglycémiantes (capables de diminuer la glycémie), de nombreux patients restent déséquilibrés. Trouver de nouveaux traitements pour améliorer l’équilibre du diabète au long cours et en particulier la sécrétion d’insuline est un objectif important en diabétologie.

Depuis les années 90, les études ont prouvé qu’un type de chirurgie bariatrique, le bypass gastrique est capable en quelques jours, avant tout plan de perte de poids, de contribuer à faire disparaître le diabète de type 2. Pour comprendre comment la sécrétion d’insuline était restaurée par la chirurgie bariatrique, les chercheurs ont analysé l’évolution de la glycémie et de la sécrétion d’insuline dans un modèle murin adapté. De façon aussi intéressante que surprenante, ils ont découvert que dans ce modèle, le diabète disparaissait en post-opératoire malgré la persistance de l’obésité grâce à une hausse de la quantité d’insuline dans les îlots pancréatiques et une amélioration significative de la sécrétion d’insuline.

Expression des gènes corrigée par la chirurgie

La science a prouvé que plusieurs facteurs peuvent réguler l’expression des gènes. On trouve parmi ces facteurs des petites molécules appelées microARNS non codants (mIRs). Chaque type cellulaire contient des centaines de mIRs qui interagissent en permanence avec les gènes et modulent leur expression selon les besoins de l’organisme. Il était alors important d’examiner si de tels mécanismes étaient mis en jeu chez l’homme.

Les résultats de ces études nous donnent comme conclusion que ce type de chirurgie peut régler la diffusion la matière de d’insuline dans le sang, simultanément avec toute perte de poids, en restaurant des fonctions clés impliquées dans la sécrétion d’insuline. Cette stabilisation nous explique qu’il a des mécanismes de réparation des cellules pancréatiques localisées dans les ilots sans doute similaires dans ces deux espèces.