Karine et la chirurgie bariatrique
Karine et la chirurgie bariatrique
29 décembre 2021
les patients et la chirurgie bariatrique
Comment vont les patients dix ans après la chirurgie bariatrique ?
12 janvier 2022
Montrer tous

La phase Post-opératoire de chirurgie bariatrique

La phase Post-opératoire de chirurgie bariatrique

La phase Post-opératoire de chirurgie bariatrique : Les gens obèses sont souvent orientés vers la chirurgie bariatrique lorsqu’ils se situent dans une situation d’échec de lutter contre l’obésité. Alors que le taux d’échec de la chirurgie bariatrique est lui-même relativement élevé (30-50% des patients auront repris leur poids dans les 10 ans), les recommandations insistent sur un suivi multidisciplinaire à vie des patients opérés.

La phase Post-opératoire de chirurgie bariatrique

Après de subir une chirurgie bariatrique, patient se trouve adressé par le chirurgien vers le nutritionniste et à un psychiatre pour avis. Ce que le patient comprend, c’est qu’il faut lever une contre-indication, que l’essentiel, pour maigrir, est l’opération et que le suivi post-opératoire permettra la stabilisation.

Le suivi pré-chirurgical est important et indispensable mais on trouve qu’il est parfois non compris, et qu’il faut lui donner sa place qu’il mérite auprès des patients et aussi pour les soignants. Cette vision est à l’origine de quelques échecs et après d’analyser plusieurs cas d’interventions à moyen et longs termes. On peut conclure que ce n’est pas une vérité scientifique mais une opinion, et elle est basée sur l’expérience des praticiens mais aussi sur le principe que l’obésité est une maladie comportementale chronique qu’on ne sait pas guérir.

Il faut repréciser sa place

Après une bonne période de la chirurgie de perdre du poids, il est connu que la motivation du patient se baisse et il croit qu’il ne restera rien à faire. Selon l’expérience, un patient qui ne change pas avant la chirurgie ne changera pas non plus après. Il en existe beaucoup de malades qui ont été opérés dans une logique de parcours quasi-administratifs, avec au mieux un passage obligé par un programme d’éducation thérapeutique multidisciplinaire, mais non franchement investi par le malade. Ces patients sont pour moi les plus difficiles à suivre, souvent perdus de vue et fréquemment en échec après deux ou trois ans. Généralement, il n’y a pas de règle absolue en relation avec ce sujet et les chirurgiens bariatriques rencontrent aussi des malades qui ne changent rien ni avant, ni après, et qui par le simple fait de l’effet de la chirurgie ne reprendront jamais le poids perdu.